Opération Papa Noël, l’ASBL qui vient en aide aux enfants sans cadeaux

©Getty Images
Avec leur ASBL "Opération Papa Noël", un couple de Nivellois vient en aide aux enfants défavorisés n'ayant pas la chance de recevoir un cadeau le jour de Noël. Une association qui a donné le sourire à 554 enfants en 2017.

Alors qu’en Belgique, pas moins de 420.000 enfants vivent sous le seuil de pauvreté, et près de 23% des familles, soit près d’un couple sur quatre, ont beaucoup de mal à boucler les fins de mois, des citoyens refusent l’idée qu’un enfant ne reçoive aucun cadeau lors de ce jour magique. C’est le cas d’Anaïs et son futur mari Nicolas, parents de deux enfants, qui ont décidé de venir en aide aux familles précarisées à Noël, pour que chaque enfant ait droit à son moment de bonheur.

une ASBL nivelloise vient en aide aux enfants démunis pour Noël

Nous avons interviewé Anaïs, concernant son ASBL Opération papa Noël.

« L’idée de mettre en place l’Opération Papa Noël est surtout celle de mon conjoint, Nicolas.
En décembre 2015, nos deux enfants avaient respectivement 3 ans et 4 mois. Nos proches ont littéralement « pourri gâté » nos bébés le jour de la Saint-Nicolas! Ils ont reçu ensemble plus de 5 kilos de friandises! Cette abondance… C’était trop, pour nous qui avions tous les deux vécu dans des familles modestes, où nous étions heureux avec un tout petit quelque chose. On voulait absolument inculquer cette valeur à nos enfants: l’abondance est inutile, et le partage peut toujours s’envisager.

Nous avons donc décidé de partager ces bonbons avec des familles démunies, via un simple post sur Facebook. C’est ce jour-là que nous avons pris une grosse claque: une famille vivant à 5 km de chez nous nous contacte. Les parents vivaient avec leurs cinq enfants dans une caravane peu chauffée, en plein hiver. Il fallait aller plus loin dans la démarche de solidarité! »

Quel est le principe de l’ASBL Opération papa Noël?

« Chaque année depuis 2015, nous organisons un parrainage pour qu’aucun enfant démuni de 0 à 10 ans ne soit oublié du Père Noël. Pour ce faire, nous constituons deux bases de données distinctes via le site Internet. D’un côté, nous permettons aux parents d’inscrire leurs enfants de 0 à 10 ans, s’ils estiment vivre dans la précarité matérielle (définie selon les critères du SPF Sécurité Sociale). S’ils remplissent les critères, nous leur demandons ensuite leurs coordonnées précises, les centres d’intérêt de cet enfant, ainsi que le genre auquel il s’identifie.

De l’autre côté, nous demandons aux candidats lutins de s’inscrire en ligne également, de créer leur espace personnel sur notre site, et de choisir les enfants qu’ils souhaitent gâter (un… ou plusieurs!). Une fois les coordonnées de l’enfant reçues par email, le lutin peut lui acheter un petit cadeau (neuf, joliment emballé), et contacter ensuite la famille ou le foyer dans lequel séjourne celui-ci, afin d’organiser la livraison avec l’équipe. Rien ne transite en nos locaux. La règle la plus importante: les cadeaux ne peuvent pas être ouverts avant Noël! »

Pourquoi être passé du geste de générosité à l’ASBL?

« Parce qu’en 2015, Nicolas et moi avons beaucoup dépensé notre argent personnel pour éviter que des enfants inscrits soient déçus. En effet, dans le monde des bisounours, ce type de parrainage fonctionne toujours! Tous les cadeaux sont livrés à temps, il n’y a aucun désistement de dernière minute, les jouets sont en excellent état, d’hygiène irréprochable, et adaptés à l’âge de l’enfant parrainé… Hélas, nous sommes vite retombés sur terre et nous avons dû pallier le manque de sérieux de quelques lutins qui ont pris les enfants démunis pour des décharges humaines, ou ont carrément oublié la mission pour laquelle ils s’étaient engagés.

Il nous fallait une structure transparente et sérieuse pour pouvoir organiser des événements caritatifs, faire appel à la générosité de sponsors, ou demander des dons et des subsides (de l’Etat belge, de la Loterie Nationale, ou du VivaForLife par exemple). C’est la raison pour laquelle ce geste de solidarité est devenu une association. Et depuis janvier 2018, nous sommes subsidiés. Nous travaillons actuellement tous comme bénévoles, mais l’un de nos rêves serait de pouvoir créer de l’emploi dans le futur.

Si l’idée vient de mon futur mari Nicolas, et que nous sommes trois membres fondateurs (Nicolas donc, son frère Gregory qui est super investi depuis le départ, et moi). Mais l’Opération Papa Noël ASBL ne serait rien sans David, Eve, Laura, Françoise, Chantal, Elke, Ludmila, Mandy, J-F, Jenn, Marie-Paule, Claudia, Marina, Anne, et tous ceux que j’oublie de citer… mais notre équipe de bénévoles sur les événements est juste au top! D’ailleurs, merci les amis… Vous êtes précieux! »

Que ressentez-vous depuis que ce projet est lancé?

« Chaque Noël, c’est un peu de stress parce que cela nous prend un temps très important de tout gérer en plus de nos vies quotidiennes. Mais c’est surtout une grosse bouffée de bonheur dans l’année. On a « les poils » tous les jours, on entend des histoires de vie assez lourdes… Mais quel bonheur de pouvoir semer un peu de magie dans les vies, « juste » en permettant la rencontre entre les gens. C’est tellement gai! » 

Comment prenez-vous les candidatures des enfants et familles?

« En ce qui concerne les bénéficiaires, nous partons du principe que, quelle que soit la détresse financière familiale, c’est-à-dire qu’elle soit liée à un pépin ponctuel comme un incendie, une perte d’emploi, la maladie d’un parent… ou qu’elle soit nettement plus ancrée, pour nous chaque enfant de chaque famille mérite à nos yeux de vivre la magie de Noël, loin des soucis de leurs parents. Les inscriptions sont donc ouvertes à chaque personne s’estimant en situation de précarité matérielle. Nous misons donc sur la confiance réciproque. Cela-dit, le formulaire d’inscription ne se débloque que si quatre signes de précarité matérielle sont cochés sur notre site.

En ce qui concerne les lutins, cela peut être tout le monde: toi, moi, nous… Tant que le candidat est conscient que l’achat et l’envoi du cadeau sont à ses frais, et qu’il s’engage formellement à le faire avant le 24 décembre: chaque candidature est acceptée avec joie! »

Vous aimerez également ces articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here