Comment les familles vivent-elles le confinement? 10 mamans témoignent

Par -
© Getty Images
Depuis le 16 mars dernier, suite à l'épidémie de coronavirus, le quotidien des familles belges a basculé. Les parents doivent désormais jongler entre travail et animation des enfants, privés de scolarité. Si certains ont trouvé leur rythme de croisière, d'autres peinent à y arriver et s'épuisent.

Nous avons demandé aux mamans qui nous suivent sur les réseaux sociaux de nous raconter leur confinement. Comment s’organisent-elles? Passent-elles plus de moments qualitatifs en famille? Leur arrive-t-il d’être à bout? Tâches ménagères, scolarité, emploi, petits et grands tracas… Tout est à gérer en confinement, et parfois sous couvert de stress.

Certaines familles vivent bien le confinement

C’est le cas de Clémence, infirmière et maman de trois enfants: « Mon compagnon est en congé parental pour le petit dernier, alors je n’ai pas vraiment de soucis d’organisation. Travailler dans le domaine de la santé est actuellement un sacré boulot, mais à la maison on se retrouve de mieux en mieux, comme si on avait oublié comment on vivait ensemble avant ».

Amandine est confinée avec son mari et son bébé dans une maison en travaux: « Je suis enceinte et je dois bientôt accoucher. Mon compagnon et moi pouvons faire du télétravail, alors on s’organise pour s’occuper de notre fils et travailler en même temps. Alors que notre maison en chantier est à l’arrêt à cause du confinement… Mais malgré le stress, tout se passe bien! On a beaucoup plus de temps pour notre loulou. D’habitude, on part au boulot à 6h et on rentre vers 17h30. Ensuite, on court jusqu’à l’heure du coucher… Maintenant, on commence à bosser à 8h, le petit se lève quand il veut, on est tous ensemble pour dîner, et dès 16h, on peut profiter ensemble! Pour moi, c’est le rêve ».

Virginie, maman de deux enfants: « Nous sommes confinés à quatre et, pour le moment, ça se passe plutôt bien! Honnêtement, je redoutais un peu cette période avec deux petites tornades. Mais je trouve que pour le coup, les devoirs donnés par l’école nous aident énormément… On travaille entre 1h et 1h30 par jour. La prof de danse de ma fille a envoyé une vidéo de leçons à suivre, ce qui l’occupe bien, et on suit des cours de sport en ligne pour le grand. On varie: jeux de société, jeux d’extérieur… Pour l’instant, on gère! ».

Katherine, maman de quatre enfants: « Nous sommes confinés en famille à six et, étonnement, tout se passe super bien! Nous sommes beaucoup plus calmes qu’en temps normal, nous partageons des moments que nous oublions dans notre vie à 1000 à l’heure! Nous avons retrouvé l’essentiel: nous ».

… Et d’autres moins

Julia, secrétaire médicale et maman de deux enfants: « Je suis réquisitionnée pour travailler à l’extérieur, du coup mes enfants de 3 et 10 ans sont avec leur papa toute la journée. Seulement voilà: il n’a pas de patience… Faire l’école a la maison est donc une catastrophe, les enfants ont déjà pris beaucoup de retard et les tensions sont présentes. Je n’en peux déjà plus ».

Julie est agricultrice et maman: « Chez nous, c’est vraiment la galère… Déjà débordée par mon travail à la ferme, je dois en plus assumer les devoirs et trouver des activités pour occuper les enfants. Ce n’est vraiment pas simple du tout, mais on va y arriver! ».

Gérer télétravail et enfants, impossible ou pas?

Johenne est indépendante et maman de trois enfants: « Franchement, c’est l’enfer. J’ai une entreprise à gérer, trois enfants en école primaire et les profs qui mettent des devoirs comme s’ils étaient toujours scolarisés… La charge mentale en prend un coup! Je me mets une pression de dingue pour qu’ils n’aient pas de retard scolaire, par rapport à ceux dont les parents peuvent s’occuper. Je me sens usée ».

Pauline est maman de trois enfants et télétravaille depuis le début du confinement: « Depuis que les écoles sont fermées, je télétravaille avec mes trois petites filles en bas-âge. Mon mari travaille aussi, mais à l’extérieur. Je suis donc seule avec elles toute la journée: je passe mon temps à faire mon job du mieux possible tout en occupant mes filles. Honnêtement, j’ai beaucoup moins de temps de qualité à leur consacrer. C’est assez stressant, et surtout très culpabilisant de devoir les laisser jouer à terre autour de la table sans pouvoir jouer avec elles. Certains sortiront peut-être de ce confinement reposés et ressourcés d’avoir passé du temps en famille, mais moi je crains déjà pour mon état de fatigue ».

Laurence est maman de deux filles, elle nous explique comment elle organise ses journées: « J’ai l’habitude de télétravailler car c’est un concept instauré depuis 2013 dans mon entreprise, à raison d’un jour par semaine. Mais depuis le 16 mars, le télétravail a pris une nouvelle tournure. Mon compagnon est policier et donc sur le terrain. Je suis seule à la maison avec mes deux filles et je dois constamment jongler entre mes deux casquettes, tout en étant la plus efficace possible dans ces rôles. Franchement, j’ai l’impression de marcher sur un fil, telle une équilibriste… Mais le fil est fragile. Je vois autour de moi des familles qui font des chartes, des programmes quotidiens ou qui encadrent leurs enfants dans des tas d’activités… Chez moi, c’est tout simplement impossible! Je leur consacre du temps dès que je le peux, mais je vais à l’essentiel. J’essaie de superviser les travaux qu’elles ont reçus de leurs institutrices, de lancer un jeu ou un bricolage… Mais c’est toujours en ayant un œil sur mes e-mails ou les dossiers sur lesquels je dois avancer. Je m’interdis cependant de culpabiliser. On avance, un jour après l’autre, on gère ce nouveau quotidien ».

Et puis il y a celles qui ont du cesser leur activité

Azilis est kiné et a dû cesser de travailler suite à l’épidémie: « Il y a plus d’une semaine, j’ai dû arrêter d’exercer mon activité professionnelle. Ce choix a été très difficile pour moi, mais je me devais de penser à la santé de tous mes patients et à celle de leurs familles. J’ai deux enfants de 4 et 6 ans et, depuis le début du confinement, je joue donc le rôle d’enseignante tout en restant leur maman. Nous avons mis en place un planning journalier pour tenter de visualiser notre nouveau rythme, cela m’aide et me rassure, et eux aussi. Et pour l’instant, ils ont vraiment besoin d’être rassurés et écoutés.

Comme nous avons du temps, nous le prenons: on fait des chorégraphiques avec ma fille, de la peinture toute la semaine pour réaliser un tableau, etc. On privilégie les activités où l’on joue et où l’on bouge, en plus des tâches quotidiennes. La fatigue est bien là, mais on profite des petits moments de bonheur. Je me focalise au maximum là-dessus ».

Plus de témoignages de mamans

Pour ne rien manquer de nos conseils et actualités, suivez Mamans & Femmes d’Aujourd’hui sur FacebookInstagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter. Sans oublier nos pages Femmes d’Aujourd’hui et Délices!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here