Témoignage: Noéllie nous explique son allaitement prolongé

© iStock
Noéllie est maman de Côme, 6 ans et demi et Laure, 4 ans. Maman blogueuse, elle partage sur les réseaux sociaux sa vision de la maternité dont son allaitement longue durée. Après avoir allaité son fils plus de deux ans, Noéllie allaite encore sa fille de 4 ans. Nous lui avons posé quelques questions.

Noéllie est mère de deux enfants et tient un blog, maman.com et alors, où elle partage sa vie de maman, ainsi que l’aventure incroyable qu’elle partage avec ses enfants: l’allaitement long terme.

Quelques questions sur cet allaitement

Avant et pendant tes grossesses, avais-tu comme objectif d’allaiter sur du long terme? Comment est arrivé ce désir?

Je n’avais pas vraiment d’objectif… Tout ce que je voulais c’était que mes enfants n’aient jamais de biberon. Pendant mes études pour devenir puéricultrice, j’ai pu beaucoup me renseigner sur l’allaitement et donc avoir des bases solides pour commencer l’aventure et la continuer sereinement même en travaillant.

Quels sont pour toi les bénéfices de cet allaitement long?

Je dirais que j’ai une relation assez fusionnelle avec mes petits, mais est-ce que cela aurait changé quelque chose sans l’allaitement? Je n’en sais rien… Je n’allaite pas spécialement pour les bénéfices au niveau de la santé, même si l’on sait que ça reste le meilleur pour les enfants… Nous nous sentons bien tous les quatre dans nos relations (y compris le papa), chacun trouve sa place sans problème, alors on continue sans se poser de question.

As-tu éprouvé des difficultés pendant ces allaitements? Comment les as-tu surmontées?

J’ai eu beaucoup de chance de ne pas avoir de grosses difficultés autant pour le premier que pour le deuxième… J’étais sûre de moi, je m’étais renseignée sur les difficultés que je pouvais rencontrer et surtout j’étais entourée d’une bande de nanas ayant déjà allaité et qui s’y connaissaient (un groupe Facebook). Cela m’a beaucoup aidé parce que dès que je sentais que quelque chose n’allait pas, je leur demandais conseil et le problème était réglé très rapidement…

Comment le papa s’intègre dans cette aventure lactée?

Dès le début de ma première grossesse, je l’ai prévenu que je comptais allaiter… On s’était mis d’accord, il donnerait les bains et la première purée… et après la naissance tout s’est fait naturellement, il a très vite trouvé sa place sans se poser de question, autant avec notre fils que notre fille et a une complicité folle dans laquelle j’ai même eu du mal à trouver ma place… Comme quoi…

Tu allaites encore ta fille de 4 ans. Comment vois-tu le sevrage?

Mon fils s’est sevré à 25 mois, j’étais enceinte de 5 mois de sa soeur… Ca s’est fait tout seul. Je m’étais fixée 2 ans minimum, et il les a atteint. J’étais donc sereine avec ça.

Pour ma fille, je me suis aussi dit que 2 ans c’était le minimum que je voulais lui offrir, on en est aujourd’hui à un peu plus de 4 ans et tout roule… Elle tète encore 2 ou 3 fois par jour quand je suis là. Quand je m’absente, elle peut faire 4/5 jours sans tétées et tout se passe bien. Par contre, quand je rentre, j’ai intérêt à être disponible pour elle! Cela fait partie de nos retrouvailles et je savoure ce moment avec bonheur! Je sais que cela ne durera plus si longtemps que ça… Je la laisse donc faire. J’ai l’habitude de dire que j’ai choisi la date du début de notre allaitement dûe à ma césarienne programmée, et qu’elle choisira la date de la fin.

As-tu des trucs et astuces pour les mamans qui aimeraient vivre un allaitement prolongé?

Je dirais qu’il ne faut pas écouter tout et n’importe qui, et surtout n’importe quoi… Malheureusement, et même si on y revient de plus en plus, le personnel médical est selon moi très peu formé à l’allaitement, ce qui fait qu’ils donnent souvent plus leur avis que de véritables faits scientifiques… et c’est la toute la complexité de l’allaitement. C’est difficile de trouver de bons conseils mais je conseillerais de consulter des professionnelles en lactation qui, elles, sont formées. Très peu de personnes savent qu’elles existent et c’est pourtant une véritable aide!

Mais si je devais donner un seul conseil, ce sera celui de se faire confiance, faire confiance en son corps, en son enfant et savoir qu’un allaitement d’un enfant de 2 ans ne ressemble pas à un allaitement d’un nouveau-né, ce n’est plus si prenant et ce n’est que du bonheur.

Vous pouvez retrouver Noéllie sur Facebook par ici 

Ceci pourrait également vous intéresser

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here