Témoignage: « J’ai quitté mon mari alors que j’attendais notre deuxième enfant »

Par -
©Istock
Valérie est une jeune femme pétillante et heureuse. Mère et belle-mère de trois enfants, elle partage sa vie entre son boulot de comptable, ses filles, son beau-fils et son amoureux, Victor, qu'elle a rencontré moins d'un an après s'être séparée du père de ses enfants.

Avant de vivre dans ce bonheur, Valérie a vécu une épreuve très difficile pendant l’un des moments où elle était la plus sensible et la plus vulnérable de sa vie: elle s’est séparée de son mari alors qu’elle attendait leur deuxième enfant.

Valérie nous partage son histoire particulière

Mon ex-mari et moi avions tout pour être heureux: une bonne situation, une maison dont nous étions propriétaires, une jolie petite fille… Cela dit, je sentais bien que la passion entre nous était bien moins forte que durant les premières années. Mais après plus de 10 ans de relation, quel couple vit encore dans la passion du début?

Nous nous sommes connus assez jeunes, et autant dire que pour moi il était ma première relation vraiment sérieuse. Nous sommes très rapidement tombés amoureux l’un de l’autre et cette relation coulait de source: c’était lui pour toute la vie, je le savais. La suite est assez simple et commune à beaucoup de couples: nous avons emménagé ensemble, nous nous sommes mariés, nous avons acheté une maison et nous avons fait un bébé. J’étais heureuse et fière de la famille que nous construisions, et même si nous avions certaines différences et tous les deux un caractère bien trempé, je croyais que lui aussi l’était.

Après la naissance de notre première fille, nous avons eu un peu de mal à nous retrouver. Mon mari travaillait beaucoup et j’étais si souvent seule avec ma fille qu’il a rencontré quelques difficultés à prendre une place entre nous. Il se sentait comme extérieur à notre famille. Mais avec l’aide d’une thérapeute familiale, nous avons surmonté cette épreuve et la vie est redevenue douce, du moins à première vue.

Lorsque mon mari m’a proposé de faire un deuxième enfant,  j’étais tellement ravie que je lui ai dit oui de suite! Notre première était encore très jeune et la crise à peine derrière nous, mais j’ai pris sa demande pour une envie claire de reconstruire quelque chose.

Une deuxième grossesse rapide

J’ai donc arrêté ma contraception dans le mois qui a suivi cette demande et, à ma grande surprise, je suis tombée enceinte presque directement. J’étais un peu angoissée, mais tellement heureuse de revivre une nouvelle grossesse, de porter à nouveau la vie et l’enfant de mon mari. Quand je lui ai annoncé, il a excisé un petit sourire presque forcé et m’a juste dit: « ah, super ». Je vous avoue que je me suis un peu retrouvé bête face à sa réaction. Je ne m’attendais pas à ce qu’il hurle de joie et se mette à pleurer dans mes bras, car cela n’était pas son tempérament de base, mais un peu plus d’entrain m’aurait rassuré. Le soir-même, lors du repas, je lui ai demandé s’il était vraiment heureux de cette nouvelle ou s’il regrettait finalement, car sa réaction m’avait semblé très neutre.

Il m’a alors rassurée sur le fait qu’il était très heureux, mais que l’annonce ne l’avait pas autant surpris ou touché que pour notre première fille. J’ai laissé couler, me disant que c’était certainement dû à son caractère tempéré. Nous avons vécu les premières semaines comme cela. Je le trouvais un peu distant, mais à chaque fois que je lui posais la question, il me disait que tout allait bien et que je me faisais des films, que c’était mes hormones qui me rendaient plus sensible, etc. J’ai fini par le croire et me dire que cette grossesse m’angoissait peut-être un peu trop et que je devais relâcher la pression.

Une soirée pas comme les autres

Mais un soir, tout a basculé: je finissais le travail plus tard, comme tous les vendredis, et c’était lui qui allait chercher Emma et rentrait à la maison avec elle le temps que je termine ma journée.. Chaque vendredi, lorsque j’ouvrais la porte d’entrée, Emma m’accueillait avec un énorme « maman » en me sautant dans les bras. Ce soir-là par contre, la maison était vide et seule la petite lampe du salon était allumée. Il m’attendait dans le sofa. J’ai cru une seconde qu’il me préparait une surprise en amoureux, mais j’ai tout de suite compris à son air grave que quelque chose n’allait pas. Je lui ai demandé où était Emma, il m’a dit qu’il avait demandé à sa sœur de la garder et qu’il devait me parler.

 

« J’ai quelque chose à t’avouer »

C’est à peu près comme cela qu’a commencé sa phrase. Le reste est comme une descente aux enfers. Il m’a expliqué qu’il n’était pas heureux dans cette vie que nous construisions, qu’il avait envie de s’en échapper et qu’il avait accumulé ainsi les relations extra-conjugales et les mensonges, mais qu’aujourd’hui il n’en pouvait plus de mentir, ni à lui, ni à moi. Il m’a également dit que sa vie manquait de pep’s, d’aventures, de rires et de sorties.

La suite de la discussion est assez floue, mais fût dans le même style. J’étais littéralement sous le choc. Je n’arrivais pas à croire ce qu’il me disait. C’est vrai que notre vie était assez simple et tournait principalement autour de notre famille, que j’avais peu de loisirs et que l’on ne sortait pas souvent… mais je travaillais, je m’occupais de ma fille et de ma maison, et en dehors de cela nous faisions quelques extras ensemble mais surtout, je ne lui interdisais jamais une sortie entres amis.

L’incompréhension

Pourquoi avoir fait un deuxième enfant? Qu’allons-nous faire? Vais-je accoucher seule? Que vais-je dire à ma fille? Toutes ces questions ont tourné dans ma tête et je n’arrêtais pas de pleurer. Devais-je le quitter? Allait-il me quitter? Tout cela était si flou, et j’avais tellement besoin de mes certitudes pour vivre au mieux cette grossesse.

Pendant un moment, nous avons vécu dans un espèce de brouillon relationnel. Pas vraiment ensemble, pas séparés non plus. Personne n’osait prendre de décision. Et puis un jour, un message que mon mari a reçu m’a fait entrer dans une colère noire. C’était une de ses maîtresses. Il a tenté de le cacher de suite mais j’ai vu à l’expression de son visage que c’était quelque chose de compromettant. Je lui ai alors demandé de prendre ses affaires et de partir. J’étais effondrée et lui aussi, mais je ne pouvais plus vivre de la sorte. C’était moi et notre famille ou sa vie avec ses conquêtes… mais pas les deux.

Enceinte et mère célibataire

Pendant quelques mois, nous avons vécu séparément. Il venait chercher Emma 2 à 3 fois par semaine et pendant ce temps-là je me retrouvais seule avec mon ventre qui grossissait. Il prenait bien quelques nouvelles, mais de mon côté j’étais tellement en colère que je lui en disais le moins possible. Je voulais qu’il ouvre les yeux et qu’il voit à quel point cette situation était un gâchis incroyable. Ceci dit, je me suis battue pour ne pas perdre notre famille. M’imaginer vivre sans lui et divorcer m’était impossible. Il était mon mari, mon amour, le père de mes enfants. Mon cœur était littéralement brisé et je lui en voulais tellement.

Après plusieurs mois de séparation, il est finalement revenu. La naissance approchait à grand pas et j’étais de plus en plus nerveuse à l’idée d’accoucher en tant que mère célibataire. Puis un jour nous avons échangé quelques messages et il m’a parlé de son envie de revenir, de nous donner une autre chance. Mon sang n’a fait qu’un tour. J’étais mélangée entre la joie, l’envie de dire oui et en même temps de lui dire non à cause du sentiment de cassure que je ressentais

Après beaucoup de discussions, nous avons décidé de retenter le coup. Notre deuxième fille est née quelques jours après son retour et un sentiment d’amour énorme est revenu nous envahir. Notre famille était de nouveau réunie. Nous avons été heureux de nouveau pendant un moment.

Après quelques mois, une nouvelle cassure

Mais même si j’aimais ma famille, une énorme cassure avait été créée suite à cette période difficile. Je n’arrivais plus à lui faire confiance et je ressentais un tel sentiment de colère contre toute cette situation, malgré le fait qu’il essayait de toutes ses forces de se racheter, en vain. Mon cœur avait été brisé et mes sentiments pour lui s’éteignaient peu à peu.

La décision fut très difficile à prendre, mais j’ai décidé de partir à mon tour. Cela a quelque chose de très ironique finalement, et parfois je me dis que je n’aurais jamais dû lui laisser l’opportunité de revenir alors que j’étais enceinte. Parce qu’aux yeux de tous, je suis celle qui a quitté le père de ses enfants, qui a brisé sa famille et c’est parfois lourd à porter.

Trois ans plus tard, je construis une vie sans l’homme qui est aujourd’hui mon ex-mari, avec mes filles en garde alternée, mon compagnon Victor et son fils de 6 ans. Ensemble, nous sommes très heureux et nous profitons de nos moments à cinq et à deux. Je redécouvre l’amour et le bonheur dans les bras de mon compagnon. C’est une vie très différente de mon ancienne vie de femme mariée, et à dire vrai être une femme divorcée n’était pas du tout le rêve de ma vie… Mais je me sens sereine et en paix avec moi-même, car je sais que je suis aimée pour ce que je suis et que même si ma vie n’est pas parfaite, elle est vraie et correspond à mes valeurs.

D’autres témoignages de mamans

Pour ne rien manquer de nos conseils et actualités, suivez Mamans & Femmes d’Aujourd’hui sur Facebook, Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter. Sans oublier nos pages Femmes d’Aujourd’hui et Délices!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here