Quels sont les risques d’un excès de vitamines pendant la grossesse?

iStock
Des vitamines, oui mais? On parle encore peu du risque de trop de vitamines. Et pourtant, c'est encore une réalité. Comment trouver le bon dosage pour arriver à un équilibre de santé quand on est enceinte?

L’excès nuit à tous

Pendant la grossesse, manquer de vitamines pourrait entraîner des carences qui porteraient préjudice à la santé de la mère ou de l’enfant à naître. A l’inverse, en surconsommer est tout autant préjudiciable!

1. Le risque de trop de vitamine A

La vitamine A, aussi appelée rétinol, est essentielle pour assurer une bonne vision nocturne. Elle contribue à la santé de la peau, à la croissance du corps et au maintien du système immunitaire. Elle aide à prévenir l’anémie chez la femme enceinte.

Les aliments qui contiennent le plus de vitamine A sont:

  • les abats
  • les poissons
  • le lait
  • les œufs
  • les fruits et légumes (de couleur orangés ou verts foncés)

Il faut limiter la consommation de l’huile de foie de morue durant la grossesse et éviter la consommation de foie avant la 12e semaine de grossesse. Après les trois premiers mois de grossesse, il faut limiter la consommation à une portion de 75 g par semaine.

En effet, la vitamine A peut être toxique prise à trop grande dose, surtout pour le fœtus. Des risques de malformations congénitales sont possibles.

2. Le risque de trop de fer

Une étude « Rhea » a été menée, début 2012, en Grèce, sur des femmes enceintes et leurs nouveau-nés. La recherche a porté sur 1.279 femmes dont le point commun était d’avoir été supplémentées en fer et/ou en vitamine B9 (acide folique) durant la grossesse.

Les chercheurs ont constaté que les femmes qui ont utilisé des supplémentations en fer à forte dose sont deux fois plus exposées au risque d’avoir un enfant de taille inférieure.

3. Le risque de trop de vitamine B

Selon le revue scientifique britannique Drugs and Therapeutics Bulletin (DTB), en juillet 2016, les femmes enceintes « feraient bien de résister au marketing » incitant à la prise de compléments vitaminés et de minéraux. Il s’agit d’une dépense chiffrée à environ une somme de 18 € par mois pour les boîtes de compléments contenant souvent plus de vingt vitamines et minéraux (B1, B2, B3, B6, B12, C, D, E, K, acide folique, iode, magnésium, fer, cuivre, zinc, sélénium etc.).

Evidemment, il n’est pas toujours facile de trouver la bonne attitude entre le trop et le trop peu. La vitamine B est importante pendant une grossesse. On se souvient de l’étude « Rhea » menée en Grêce a montré que les femmes qui ont pris de fortes doses de vitamine B9 ont vu leur risque d’accouchement prématuré diminuer de 31%, leur risque d’avoir un enfant de faible poids diminuer de 60%, et leur risque d’avoir un enfant de faible taille diminuer de 66%.

Cependant, une personne qui consomme trop de complexe de vitamine B peut souffrir d’hyperglycémie, de vision floue, d’engourdissement, de nausées, de problèmes hépatiques, de réaction allergique, de lésions cutanées et de diarrhée. Voici à quoi mènent des excès de vitamine B, par catégorie:

  • vitamine B1 (Thiamine): des convulsions et des problèmes cardiaques.
  • vitamine B2 (riboflavine):  urticaire, difficultés respiratoires et gonflement de la langue.
  • vitamine B3 (niacine): lésions hépatiques, jaunisse et ulcères de l’estomac.
  • vitamine B5 (acide pantothénique): diarrhée grave.
  • vitamine B6 (pyridoxine): douleur abdominale et fonction hépatique anormale.
  • vitamine B9 (acide folique): graves dommages au système nerveux central.
  • vitamine B12 (cobalamine): diarrhée, démangeaisons, caillots sanguins.

4. Le risque de trop de vitamine C

Une carence en vitamine C chez la femme enceinte peut entraîner certaines complications de la grossesse:

  • la pré-éclampsie
  • l’anémie chez la mère et l’enfant
  • un faible poids à la naissance du bébé.

Chez la femme enceinte, la vitamine C (acide ascorbique) participe, notamment, au maintien de la membrane placentaire. Comme il est absorbé par l’intestin grêle et éliminé par voie naturelle, il est trop peu stocké. C’est la raison pour laquelle la vitamine C doit faire l’objet d’un apport alimentaire régulier. 

Il est possible que la supplémentation en vitamine C puisse entraîner une augmentation des accouchements prématurés.

De fortes doses de vitamines C et E produisent des substances chimiques et toxiques pour le placenta, c’est ce qu’établit le professeur Aris, du Centre de recherche clinique Étienne-Lebel du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS). Il est évident que l’altération du placenta a des répercussions sur le développement de l’enfant à naître.

5. Le risque de trop de vitamine D

La vitamine D fonctionne de pair avec le calcium. Elle permet d’assimiler le calcium et de le fixer sur les os.

L’excès de vitamine D est la cause d’arythmie cardiaque, de problèmes musculaires ou d’allergie alimentaire chez le foetus à naître, selon une étude allemande publiée début mars 2013 dans la revue Allergy.

6. Le risque de trop de vitamine E

Une carence alimentaire en vitamine E chez une femme enceinte peut entraîner des complications telles que la pré-éclampsie (toxémie gravidique) et un bébé né de trop petite taille. Cette carence peut être aggravée par une quantité excessive de fer.

La pré-éclampsie est due à un mauvais fonctionnement du placenta. Elle représente un risque pour votre santé et celle de votre bébé si elle n’est pas traitée.

Les aliments qui contiennent le plus de vitamine E sont:

  • les huiles végétales
  • les fruits à coque
  • les céréales
  • certains légumes à feuilles vertes

Certains scientifiques mettent en avant les dangers associés aux suppléments de vitamine E administrés pendant la grossesse. On relèverait, en effet, un risque plus grand de douleurs abdominales et de rupture prématurée des membranes fœtales à terme chez les femmes ayant reçu un apport en vitamine E, accompagné d’autres compléments.

7. Le risque de trop d’iode

L’iode est nécessaire au développement neurologique et comportemental normal du nouveau-né et indispensable à la synthèse des hormones thyroïdiennes.

L’apport excessif d’iode pendant la grossesse augmente le risque d’un mauvais fonctionnement de la thyroïde (hypothyroïdie, hyperthyroïdie) ou de goitre chez le nouveau-né.

Nous vous recommandons, en cas de doute, de demander l’avis de: votre médecin traitant – votre pharmacien – votre gynécologue. Il y va de votre vie et de celle de votre enfant!

Ces articles vont probablement vous intéresser:

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here