Pourquoi préfère-t-on avoir une fille ou un garçon ?

Par -
© Getty Images
Lorsque l'on attend un enfant, on peut avoir une préférence pour le sexe de bébé: certains rêvent d'avoir un garçon, d'autres une fille... Mais pourquoi a-t-on ce genre de préférences? Explications.

Quand on pose la question de savoir si on préférerait avoir une fille ou un garçon, on entend  souvent « cela n’a pas d’importance, tant qu’il est en bonne santé ». Et il est vrai que c’est bien là le plus important! Mais si certains parents ne veulent même pas connaître le sexe de l’enfant avant sa naissance, d’autres s’impatientent à l’idée de le découvrir et ont leur préférence.

Pourquoi préfère-t-on avoir une fille ou garçon?

Les études menées à ce sujet prouvent que la plupart des futurs parents ont une préférence, qu’elle soit marquée ou pas, pour l’un ou l’autre sexe, en particulier lorsque l’on attend son premier enfant. Rassurez-vous, il n’y a rien de mal à vouloir plutôt une fille ou un garçon: il est assez naturel d’avoir l’une ou l’autre préférence. Et cela s’explique de différentes manières:

  • Les préjugés sur les différences de caractère entre les sexes: même au 21ème siècle, on peut dire qu’ils ont la dent dure. Pour les filles, on entend souvent « les petites filles sont plus calmes, plus sages » ou alors « elles écoutent et font ce qu’on leur demande ». Alors que pour les garçons, on entendra plutôt « comme ça je pourrai jouer au foot avec », « c’est plus facile d’élever un garçon, on se fait moins de souci pour eux », ou encore « les garçons sont moins collants et plus débrouillards ».
  • Le sexe du premier enfant: de nombreux parents souhaitent ce que l’on appelle « le choix du roi », c’est-à-dire avoir une fille et un garçon. S’ils ont eu un garçon en premier, ils pourraient davantage souhaiter avoir une fille pour leur deuxième enfant.
  • Notre famille: certaines familles recensent plus de filles ou, au contraire, plus de garçons. Selon ce critère, on peut souhaiter avoir un garçon afin qu’il puisse jouer avec ses cousins, ou au contraire une fille pour faire pencher la balance. Ou alors si, par exemple, votre frère a déjà trois petits garçons et que vos parents aimeraient enfin une petite-fille. À l’inverse, votre partenaire peut rêver d’avoir un petit garçon qui transmettra son nom de famille aux générations futures (même si aujourd’hui on peut donner les deux), si c’est une valeur importante dans sa famille.

Mais aussi votre expérience personnelle

Mais il y a aussi un critère qui semble se démarquer: celui de son vécu. Par exemple, si en tant que fille nous avons eu une très bonne relation avec notre maman et que l’enfance que l’on a vécue à ses côtés est un très bon souvenir, on aura peut-être envie de vivre le même type de relation avec notre propre enfant. Inversement, si notre relation est compliquée, on voudra éviter de reproduire certains schémas en souhaitant plutôt un garçon.

Dois-je m’inquiéter si je suis déçue?

Rassurez-vous, il est compréhensible d’être déçue si vous apprenez que cette envie n’est pas comblée à l’annonce du sexe de bébé. Mais le bonheur de rencontrer son enfant lors de la naissance à venir dépasse largement la déception d’attendre une fille quand on souhaitait un garçon, et vice-versa. Le problème se pose uniquement si les parents sont véritablement malheureux et acceptent difficilement le sexe de l’enfant à naître.

Vous rêviez d’avoir une fille et votre gynécologue vient de vous annoncer que vous attendiez un garçon (ou inversement) et vous êtes vraiment triste et déçue depuis l’annonce du sexe de bébé? La première chose à faire est de ne surtout pas culpabiliser d’éprouver une forme de déception. Si cela vous pèse, n’hésitez pas à en parler à une personne de confiance ou à votre sage-femme afin de dédramatiser la situation. Donnez-vous le temps de digérer cette nouvelle. Si vous avez imaginé une relation mère-fille idéale, il est tout à fait normal de regretter un rêve qui ne se réalisera pas.

Si vous sentez que vous ne parvenez pas à surmonter cette nouvelle et que vous ressentez comme un regret d’être tombée enceinte, ou une peur de ne pas aimer ce bébé, il est alors important de demander une aide psychologique. Contactez un professionnel et entamez une thérapie afin de découvrir pourquoi cette annonce vous affecte tant.

Plus de conseils pour les futurs parents

Pour ne rien manquer de nos conseils et actualités, suivez Mamans & Femmes d’Aujourd’hui sur FacebookInstagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter. Sans oublier nos pages Femmes d’Aujourd’hui et Délices