Parole d’expert: est-ce mauvais de manger du gluten pendant la grossesse?

Par -
© Getty Images
Le gluten est de plus en plus pointé du doigt comme étant un aliment responsable de bon nombre d'intolérances et d'infections. Mais est-il à éviter lorsque l'on attend un enfant? Une experte répond à cette question.

On entend à peu près tout et son contraire concernant le gluten et les allergies qu’il provoque. Dans ce cadre, difficile de démêler le vrai du faux. Le gluten est-il bon pour tous? Doit-on l’éviter ou le diminuer pendant la grossesse? Pourrait-il causer des complications? Gaëlle Dutron, nutrithérapeute, a répondu à nos questions.

Grossesse et gluten: les conseils d’une nutrithérapeute

Gaëlle Dutron est nutrithérapeute et professeure de yoga. Toute sa pratique est orientée vers le bien-être et le bien-manger.

On entend énormément de choses sur le gluten. Certains prétendent qu’il est mauvais pour notre santé, d’autres non. Qu’en est-il réellement?

En soi, il n’est pas mauvais de manger du gluten. Le problème auquel nous faisons face aujourd’hui, c’est que nous en mangeons en bien trop grande quantité. Parce qu’au-delà de ce que nous ingérons consciemment, il y a tout le gluten “caché” qui est utilisé dans l’industrie alimentaire, et qui a pour but d’épaissir les préparations. Et sachez une chose, on en trouve partout! Dans le pain bien entendu, mais aussi dans tous les produits transformés et commercialisés comme les plats préparés, la charcuterie, les chips, les sauces, les biscuits, les pâtes…

Le problème réside donc dans l’excès: ingéré en trop grande quantité, le gluten se transforme en une sorte de colle qui peut soit boucher les microvillosités de l’intestin (sorte de petits canaux permettant l’ingestion des bons nutriments et des vitamines), soit créer des petits trous dans la barrière intestinale. Ces trous laisseront passer les mauvaises bactéries, ce qui affaiblira l’immunité, et peut aller jusqu’à provoquer la maladie cœliaque, qui est une maladie auto-immune. Il est donc important, surtout pour les personnes allergiques ou intolérantes, de faire attention à ce qu’elles mangent.

Les femmes enceintes doivent-elles éviter le gluten?

Il ne faut pas tomber dans l’extrême, mais il sera de toute façon positif pour toutes les femmes, qu’elles soient enceintes ou non, de diminuer leur consommation de gluten. Il est important de savoir que le manque de gluten ne crée pas de carence, surtout si l’on remplace le blé par d’autres céréales saines et bonnes pour la santé comme le millet, le sarrasin, mais aussi par des légumineuses comme les haricots secs, les pois chiches ou les lentilles.

Par contre, si la femme enceinte se rend compte qu’elle souffre de symptômes comme des maux de tête, de l’eczéma, une fatigue excessive, une digestion difficile, des crampes et/ou de grosses sautes d’humeur, il est important de diminuer voire carrément d’éviter le gluten, qui provoque ces symptômes, et d’aller consulter un médecin généraliste ou un spécialiste.

Le gluten a-t-il une incidence sur le bébé?

À ce jour, nous n’avons pas assez de recul pour savoir si l’ingestion excessive de gluten peut avoir une incidence sur une future allergie ou intolérance au gluten d’un enfant à naître. Ce que l’on sait par contre, c’est que si l’intestin n’est pas en mesure d’absorber les bons nutriments et les vitamines des aliments, le bébé n’aura pas tout ce dont il a besoin pour bien grandir. Il est donc important, quoi qu’il en soit, d’éviter un maximum les produits transformés, dans lesquels se cache une grande partie du gluten que l’on consomme.

Si la maman est sensible au gluten, il est aussi tout à fait possible, vu le facteur génétique, que l’enfant le soit aussi. De plus, les mamans plus sensibles au gluten et dont la barrière intestinale a été affaiblie, verront leurs défenses immunitaires diminuer. Or on sait que la maman partage son immunité avec son bébé, dans son ventre et par l’allaitement. Si l’immunité de la maman est plus faible, celle de l’enfant le sera aussi.

Il est important d’ajouter qu’une femme enceinte est beaucoup plus sensible aux intoxications alimentaires, et cela peut aller jusqu’à provoquer une fausse couche. Si la barrière intestinale est poreuse, les risques d’intoxication alimentaire sont beaucoup plus grands et par extension, le risque de fausse couche aussi.

Quelle alimentation privilégier lorsque l’on attend un enfant?

Ce n’est un secret pour personne, consommer trop de plats préparés et de produits transformés est mauvais pour tous, mais particulièrement pour les femmes enceintes. Une étude récente a prouvé que les bébés, dont les mamans avaient consommé de manière régulière de la malbouffe, sont plus sensibles aux graisses. Si l’on veut s’assurer que le bébé ait tout ce dont il a besoin pour se développer, il est important d’avoir une alimentation très variée, de manger de tout et d’éviter au maximum les plats préparés. Il ne faut pas manger plus mais manger mieux.

Vous êtes enceinte? Vous aimerez également ces articles

Pour ne rien manquer de nos conseils et actualités, suivez Mamans & Femmes d’Aujourd’hui sur FacebookInstagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter. Sans oublier nos pages Femmes d’Aujourd’hui et Délices!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here