Que faire si bébé a des spasmes du sanglot?

Les spasmes du sanglot
Comment réagir face aux spasmes du sanglot ?
Votre bébé retient sa respiration quand il pleure? Découvrez les conseils de notre expert sur la meilleure façon de réagir face aux spasmes du sanglot.

Les spasmes du sanglot se manifestent lorsque bébé retient sa respiration quand il pleure. Il peut alors devenir tout bleu et perdre conscience. C’est d’ailleurs assez impressionnant à voir : le nourrisson ou le jeune enfant pleure si violemment que sa respiration se bloque pendant quelques secondes. Parfois, il peut aussi entraîner des convulsions.

Comment réagir face aux spasmes du sanglot ?

En tant que parent, vous imaginez sans doute que votre petit loup est en train d’étouffer mais en réalité, les enfants ne meurent pas de ce phénomène. Lors d’une crise, essayez au contraire de rester très calme, restez avec votre bébé et assurez-vous qu’il ne fasse pas mal. Ne versez pas de l’eau sur son visage ou n’essayez pas de le pincer.

La plupart des parents qui ont à faire avec cette manifestation soufflent doucement et brièvement sur le visage de leur enfant, qui reprend alors sa respiration. Asseyez-vous à côté de votre bébé, car s’il perd conscience, vous pourrez le rattraper, afin qu’il ne tombe pas par terre. Couchez-le sur le côté et éloignez les objets qui pourraient le blesser. Par contre, ne lui prêtez pas trop d’attention et faites semblant de l’ignorer. Lorsque la crise est passée, faites-lui un câlin, ne le punissez pas mais faites comme si rien ne s’était passé.

Quelles sont les causes ?

Involontaire, le spasme du sanglot est une sorte de réflexe face à une grosse contrariété, une frustration. L’enfant ne sait pas gérer ses émotions et “oublie” de respirer. Il est important que de votre côté vous restiez calme car si vous cédez à la panique ou si vous lui prêtez trop d’attention, votre bout chou remarquera rapidement qu’il peut exercer une sorte de chantage, de pression pour obtenir ce qu’il désire.

Les spasmes du sanglot touchent les enfants âgés de 6 mois à 5 ans, mais il est plus fréquent entre 1 et 3 ans. Certains ont plusieurs attaques par jour et d’autres ne font que rarement des crises. Globalement, il concerne 20% des enfants, garçons et filles confondus. Ces crises sont sans danger pour le développement de l’enfant et disparaissent d’elles-mêmes.

PARTAGER