Déconfinement: est-il préférable pour les enfants de reprendre les cours ou de rester à la maison?

Par -
© Getty Images
À l'heure où uniquement certains enfants peuvent retourner dans leur établissement scolaire, les parents belges et les spécialistes se positionnent concernant une reprise des cours et les risques encourus par les enfants.

Les écoles ont officiellement ouvert leurs portes le 18 mai, en tout cas pour les classes concernées par la reprise des cours, c’est-à-dire la 6ème primaire et les rétho. Le 25 mai, c’est au tour des autres élèves concernés par le décret du CNS de retourner à l’école, soit ceux de 1ère et 2ème primaire. Mais à l’heure où tout se remet doucement en route, nombre de parents se demandent encore s’il est vraiment sage de remettre les enfants à l’école et s’il ne serait pas préférable de les garder confinés à la maison, quitte à continuer le suivi pédagogique à distance.

Sur notre page Facebook, près de 75% des parents ayant participé à notre sondage ont d’ailleurs pris la décision de garder encore leurs enfants à la maison. Mais si tous veulent le bien-être des écoliers, est-vraiment une bonne idée de continuer à garder les enfants chez soi? Selon certains spécialistes, le confinement des enfants aurait un impact plutôt négatif.

Les enfants ne seraient pas des transmetteurs directs du virus

269 pédiatres belges ont publié via le journal La Libre une carte blanche expliquant leur point de vue à ce sujet. Et selon eux, les enfants ne seraient pas les “supers-transmetteurs de virus” que l’on pensait. En effet, les données qu’ils ont récoltées depuis le début de l’épidémie laissent penser que les enfants touchés par le coronavirus (moins de 2%) auraient été infectés par un adulte, et pas l’inverse. Pire, ils estiment que le manque d’apprentissage et de vie sociale imposé aux enfants depuis le début du confinement a un impact bien pire sur eux que s’ils souffraient du Covid-19.

Car si certains enfants sont bien suivis au quotidien, d’autres n’ont pas cette chance. Selon eux, interdire aux enfants de revenir à l’école pourrait augmenter les risques de négligence, mais surtout de détection de maltraitance. De plus, le manque de surveillance dans certaines familles pourrait mener à une augmentation des accidents domestiques. “Personne ne veut voir son enfant malade et tout le monde souhaite voir son enfant s’épanouir et progresser dans ses apprentissages. Bien sûr, le risque zéro n’existe pas. Mais si nous pensons la société comme un système global respectant tous les individus, y compris les enfants, ce petit risque est nécessaire pour le bien de tous”, déclarent les 269 médecins dans leur billet.

Les enfants, les grands oubliés du déconfinement?

Pour ces spécialistes ayant pris la parole, il est clair que même si notre gouvernement parle énormément des familles et des enfants, ces derniers sont les grands oubliés du déconfinement. Il faut dire que rien n’a été prévu pour eux, si ce n’est un retour progressif à l’école pour quelques classes, à raison d’un ou deux jours par semaine. Mais la plupart des petits Belges ne pourront reprendre de vraie vie sociale qu’en septembre – si tout va bien – et sont actuellement privés de leurs amis et d’une bonne partie de leur famille. “Nous constatons plus de troubles du sommeil, d’anxiété et de pertes de repères pouvant être préjudiciables pour l’enfant et son développement. L’usage prolongé des écrans encore accentué par le confinement a par ailleurs un effet délétère qui n’est plus à démontrer”.

Pour un assouplissement des mesures

En outre, ces pédiatres, qui demandent au Conseil national de sécurité de penser au déconfinement des enfants, lui proposent de revoir les mesures de protection. Car selon eux, elles sont tout à fait excessives: interdiction aux enfants de se toucher ou plus simplement de jouer entre eux, fermeture des espaces de jeux… Pour ces spécialistes de la santé infantile, ces protections démesurées auront un impact extrêmement négatif sur la santé psychologique et émotionnelle des petits Belges. En bref, ces pédiatres demandent que notre gouvernement autorise nos enfants à vivre comme tel et de freiner des deux pieds dans leur course vers des mesures qui, il faut bien l’avouer, enlèvent à notre monde toute humanité.

Plus d’infos sur les familles et l’épidémie

Pour ne rien manquer de nos conseils et actualités, suivez Mamans & Femmes d’Aujourd’hui sur FacebookInstagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter. Sans oublier nos pages Femmes d’Aujourd’hui et Délices!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here