Quels produits laitiers mon enfant peut-il consommer? Et en quelle quantité?

Par -
© Getty Images
Lorsque bébé vient au monde, on le nourrit exclusivement de lait (maternel ou en poudre). Plus les années passent, plus son alimentation se diversifier… Mais quelle place les produits laitiers doivent-ils garder dans son assiette?

Que vous choisissiez de nourrir votre enfant au sein ou au biberon, que vous optiez pour le lait maternel ou pour le lait en poudre, il est primordial d’opter pour du lait dans les six premiers mois. Les aliments diversifiés, les purées de légumes ou de fruits, les petits pots et les panades viendront après. Mais, commençons par le début…

Du lait pour les bébés

La quantité journalière de lait maternel pour un enfant dépend évidemment de son âge. On estime la portion journalière entre 5 et 12 tétées, de sa naissance à ses 6 mois. Si vous choisissez l’option du biberon, gardez à l’esprit la formule suivante pour calculer les besoins en lait de bébé (0 à 6 mois): prenez le poids de bébé et divisez-le par 10. Ajoutez-y 200 ml d’eau par jour.

Avant et après 6 mois

Notons qu’il est prouvé que le lait maternel est la meilleure alimentation, car il vient du corps où l’enfant s’est développé et qu’il est riche de tout ce dont le nourrisson a besoin. Mais l’allaitement est une décision personnelle, et il est parfois irréalisable: vous devez alors vous tourner vers du lait infantile. Dans ce cas, le choix est vaste, autant que les gammes sont étendues. Parlez-en toujours avec votre pédiatre.

  • Dans son premier mois, l’enfant boit une dizaine de fois par jour l’équivalent d’environ 650 ml de lait.
  • On considère que jusqu’à 6 mois, le nourrisson boit chaque jour 150 ml par kilo pesé. Dans cette période, il convient de donner à l’enfant du « lait de premier âge ». L’enfant boira de plus en plus, mais de moins en moins souvent. Il passera de 10 prises de 60 ml par jour à 6 prises de 90 ml par jour. Puis les quantités seront augmentées de 30 ml en 30 ml. La règle d’or est de laisser à votre enfant le soin d’exprimer sa satiété.
  • À partir de 6 mois, une nouvelle alimentation peut prendre le relais et un demi-biberon de lait par jour suffira. L’enfant est alors capable de goûter aux petits pots (purée de légumes et de fruits) et aux produits laitiers mous (yaourt, fromage blanc). C’est dans ces apports que votre enfant va trouver les ressources en vitamines, en acides gras et en fer. Le lait reste l’aliment de base. C’est ce qu’on appelle le « lait de suite » ou « lait de deuxième âge ». La prise de lait se fait le matin et le soir.
  • À partir de 1 an et jusqu’à 3 ans, on passera au « lait de croissance », qui contient ce dont l’enfant a besoin pour sa croissance, comme du fer (ses besoins sont huit fois plus importants que ceux de l’adulte).

A-t-il bu suffisamment?

Évidemment, un enfant n’est pas l’autre. S’il n’a pas tout bu, c’est possible qu’il soit déjà repu. Pour vous assurer que votre enfant boive assez, faites attention à certains signes: lorsque l’enfant est calme après avoir terminé son biberon, qu’il grossit normalement, que ses urines et ses selles sont normales et régulières, qu’il a l’air tonique… c’est que tout va bien et qu’il est inutile de vous inquiéter.

Si vous allaitez votre enfant et que vous reprenez le travail, vous devrez choisir entre tirer votre lait, sevrer votre enfant ou faire un peu des deux. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) conseille d’arrêter le sein et de passer au biberon lorsque l’enfant atteint l’âge de deux ans, mais on sait qu’en pratique, on est bien loin de ceci…

Mon enfant refuse de boire son lait

Parfois, il suffit de réchauffer le biberon ou d’y ajouter un peu de bouillie. Attendez que votre enfant soit à table pour qu’il comprenne bien que c’est le moment de manger.

Lait d’amande, de soja, de vache… C’est permis?

Généralement, les laits végétaux (amande, noisette, avoine, coco, riz, soja…) sont déconseillés pour les petits car ils peuvent provoquer un retard dans le développement de l’enfant. En effet, ils sont généralement à l’origine de carences.

Le lait de vache n’est pas recommandé avant l’âge de 3 ans car il est trop riche. Pour ceux qui y seraient allergiques, le lait de chèvre n’est pas considéré non plus comme une alternative sûre. Pour rappel, l’allergie à la protéine de lait de vache est la troisième allergie présente chez le nourrisson et peut provoquer un choc anaphylactique qui engage le pronostic vital ou angio-œdème. L’intolérance au lait de vache a d’autres conséquences: troubles du système digestif (diarrhée, constipation), vomissements, problèmes cutanés (eczéma) ou sang dans les selles. Contrairement à l’allergie, l’intolérance ne peut pas être détectée par des dosages d’immunoglobulines E (IgE) présentes dans le sang.

Et s’il buvait trop de lait?

Les besoins en calcium varient évidemment en fonction de la croissance. Chez les enfants de 4 à 8 ans, on peut augmenter la quantité de lait. Certains l’aiment à toutes les sauces: chaud avant de dormir, froid avec de la poudre de cacao pour goûter, avec les céréales le matin. On recommande cependant de ne pas dépasser 750 ml de lait par jour chez l’enfant. En effet, le lait est riche en protéines et en minéraux. Boire trop de lait peut nuire à l’appétit et priver l’enfant d’une variété alimentaire dont il a besoin pour son équilibre et sa croissance.

Et les autres produits laitiers?

Pour remplacer une portion de laitage entier (120 ml), vous pouvez proposer à votre bébé :

  • 1 yaourt nature, dès l’âge de 6-8 mois.
  • 30 grammes de fromage à pâte dure (emmental, gouda, gruyère…), dès l’âge de 10-12 mois.

Le fromage peut être ajouté dans la purée ou la soupe. Il peut aussi être proposé dès que les dents commencent à percer. Jouez sur les couleurs (fromage blanc, jaune ou bleu), sur le crémeux à prendre à la cuillère (cottage et ricotta) ou sur l’éducation au goût. C’est aussi l’occasion d’aller se promener du côté de la ferme et des prairies. À partir de 2 ans, vous pouvez augmenter les quantités mais en restant prudente. Le fromage est, en effet, riche en calcium, protéines et lipides. Il faut donc veiller à ne pas dépasser les doses journalières recommandées.

Aliments Enfants de 2 à 3 ans Enfants de 4 à 5 ans
Lait et substituts 4 portions/jour 2 portions/jour
Lait 125 ml (½ tasse) de lait 3,25 % 250 ml (1 tasse) de lait 2 % ou 3,25 %
Boisson de soya enrichie 125 ml (½ tasse) 250 ml (1 tasse)
Yaourt 85 ml (⅓ tasse) 175 ml (¾ tasse)
Fromage 30 g 50 g
Dessert au lait* (pouding instantané fait avec du lait) 60 ml (¼ tasse) 125 ml (½ tasse)

Il convient de favoriser le yaourt nature, le lait demi-écrémé, le fromage blanc (0 à 20% de matières grasses), le fromage à pâte dure (parmesan, gruyère, comté, emmental). À l’inverse, en raison de la quantité importante de lipides, il vaut mieux écarter les crèmes dessert, le yaourt grec et les fromages blancs de plus de 40% de matières grasses ou le mascarpone (présent dans le tiramisu). Si un produit contient moins de 100 mg de calcium par portion, il est trop pauvre en ce minéral.

Quelle quantité de fromage?

Pour un enfant de 12 mois, 20 grammes de fromage par jour sont amplement suffisants. En effet, vous ne devez pas donner trop de protéines à vos enfants, et cet aliment en est riche. 20 grammes de fromage, c’est la quantité de:

  • Protéines contenues dans un yaourt.
  • Calcium contenu dans:
    • 150 ml de lait
    • 1 yaourt
    • 4 cuillères à soupe de fromage blanc

Quel fromage choisir?

Le taux de protéines varie énormément d’un produit laitier à un autre. Par exemple, un yaourt ou laitage fermenté en contient à peine 5%, alors qu’un fromage se compose de 25 à 35% de protéines. Plus un fromage est riche en matières grasses, plus il est mou et moins il contient de calcium. Sachez que…

  • Les fromages à pâte cuite pressée ont un taux très élevé de protéines (Beaufort ou Comté).
  • Les fromages fabriqués par égouttage lent perdent une grande partie de leur calcium et de leurs protéines solubles (Camembert, Petit Suisse, Époisses…).
  • Les fromages fabriqués avec un égouttage par pression, que ce soit de pâtes cuites ou crues, conservent leur taux de calcium (cantal, Saint-nectaire, bleu, emmental, beaufort…).
  • Les fromages sont une source de vitamine B, en particulier ceux porteurs de moisissures.
  • Les fromages crus à base de lait non pasteurisé peuvent être des portes d’entrée aux maladies infectieuses (listériose, salmonellose, brucellose). Mais la pasteurisation détruit la flore microbienne qui lutte contre les germes pathogènes. Si votre enfant est en bonne santé, son organisme est en mesure de lutter contre une bactérie amenée par un fromage au lait cru.
  • Peu importe qu’un fromage soit à pâte dure, molle, pressée, persillée, fermentée, au lait cru ou pasteurisé, tout peut être mangé, même la croûte! Varier les types de fromages favorise la diversité alimentaire.

Plus d’articles sur l’alimentation des enfants:

Pour ne rien manquer de nos conseils et actualités, suivez Mamans & Femmes d’Aujourd’hui sur FacebookInstagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter. Sans oublier nos pages Femmes d’Aujourd’hui et Délices!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here