Pour ou contre la tututte?

Par -
Little girl with two pacifiers in mouth.
Remise au goût du jour dans les années 1970, la tétine a retrouvé une place différente de la sucette proscrite dans tous les manuels de pédiatrie. Cependant, après 50 ans de pratique et de modèles en tous genres, elle continue à animer le débat.

Remise au goût du jour dans les années 1970, la tétine a retrouvé une place différente de la sucette proscrite dans tous les manuels de pédiatrie. Cependant, après 50 ans de pratique et de modèles en tous genres, elle continue à animer le débat.

On ne peut nier les avantages qu’elle présente: en voici quelques uns…

Sucer la tétine apporte à l’enfant un effet de détente: en effet, la succion libère des endorphines qui permettent de pouvoir se relâcher et s’apaiser. Cela permet aux parents et à la mère fatiguée de l’accouchement de récupérer durant les heures d’un sommeil bien nécessaire. Une fois que chacun aura pu se reposer (que bébé et les parents auront dormi leurs heures de sommeil), les relations n’en seront que plus joyeuses et la relation parent-enfant pourra se construire sereinement.

En outre, lorsque les parents confient leur enfant à un tiers qui le garde (grands-parents, oncle, tante, parrain, marraine, proche, ami ou voisin), l’enfant trouvera dans la tutte l’objet transactionnel dont il a besoin pour se séparer sereinement. L’acte de sucer va donc rassurer l’enfant suffisamment pour qu’il s’ouvre à d’autres personnes que ses parents.

Enfin la tutte ne fait pas partie du corps, comme le pouce. L’abandonner peut donc être plus facile et procéder d’un petit rituel entre le parent et l’enfant, quand le moment sera opportun. Apprendre peu à peu à se défaire de la tututte parce que l’enfant comprend qu’il est devenu “grand”. Apprendre d’abord à faire la sieste sans sa tutte sera ainsi le premier pas vers l’autonomie d’un enfant qui grandit.

Evidemment, la tututte est aussi source d’ennuis

La tutte fatigue l’enfant qui, au moment de prendre le sein, s’endort plus rapidement que prévu. Il ne boit donc pas assez et va se réveiller plus vite pour réclamer le sein. C’est donc le début d’un cercle vicieux.

Outre la question d’hygiène de la tutte qui tombe à terre, comment apprendre à l’enfant à retrouver sa tutte dans son lit, au milieu de la nuit, lorsqu’il se réveille et qu’il se met à pleurer parce qu’il veut sa tututte? C’est la dépendance pour l’indépendance…

Puisque l’enfant n’a pas les mots, ses pleurs racontent quelque chose. Ne vaut-il pas la peine d’être entendu? Est-ce vraiment la tutte qui est la réponse, l’unique, la seule, la meilleure à ce que votre enfant tente de vous dire?

Enfin, la tétine est nocive pour le palais: l’enfant comprend vite que s’il ne tète pas tout le temps sa tutte, elle tombe. C’est donc vigoureusement qu’il va s’atteler à la tâche pour le plus grand malheur du palais.

Ceci pourrait également vous intéresser:

Source: maxisciences

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here