Mon enfant régresse, c’est normal !

Par -
comprendre un enfant qui régresse
que faire si mon enfant régresse
Lors d’un changement important, il arrive qu’un enfant régresse. Il réclame un biberon, parle comme un bébé… Paradoxalement, cette période l’aide à grandir.

Entre 2 et 10 ans, votre bambin se développe en accumulant un grand nombre d’informations. Mais son apprentissage n’est jamais linéaire. Il évolue sur plusieurs plans, plusieurs fronts en même temps et il ne peut pas tout gérer. Surtout si son équilibre émotionnel est chamboulé.

Mon enfant régresse à cause d’un bouleversement

Déménagement, retour à l’école, naissance d’un petit frère… Les enfants réagissent aux événements stressants en régressant. Ils retournent en fait dans leur zone de confort, où ils se sentent en sécurité.

Parfois, c’est justement lors d’un apprentissage majeur que l’enfant régresse. Il est en phase de devenir propre, il va entrer en première primaire… et tout à coup, voilà qu’il se remet à sucer son pouce ou à faire pipi au lit.

Refuse-t-il de grandir ?

Quand il retourne en arrière, votre enfant est en quelque sorte nostalgique de l’époque où vous le cajoliez, où vous concentriez toute votre attention sur lui. Pour un aîné, il se remémore peut-être le temps où il était seul avec vous.

Le point commun à toutes les situations, c’est que votre bambin s’accommode mal à ses nouvelles contraintes. Et pour l’aider, il n’y a qu’un seul remède. Redoublez d’encouragements, montrez-lui que vous êtes fier de lui et expliquez lui les avantages de grandir : il va pouvoir se coucher un peu plus tard, aller au cinéma comme les grands, etc. Dans tous les cas, évitez les reproches, qui ne l’aideront pas à grandir.

Faut-il consulter ?

La plupart du temps, un peu de patience et beaucoup d’amour guérissent cette régression. Cependant, si elle s’installe dans la durée ou si le retour en arrière est en net décalage avec l’âge de l’enfant (par exemple, un enfant de 10 ans qui refait dans sa culotte), cela peut indiquer un mal être plus profond. Il est alors opportun de prendre rendez-vous avec un pédiatre ou un pédopsychiatre.